Agonie

La mort lente et barbare, tel un pieu hérissé,
S’octroie une descente dans ma vie engoncée.
Qu’elle fraye sa voie et ronge ma carcasse,
Lentement la nettoie, insatiable vorace !
Puis l’abandonne là, sous les yeux des ingrats,
Fidèles Attila repus comme des rats.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.