las…

A trop rêver le monde s’est tu
Droit devant lui tout est glacé
Il a fini par étouffer
Se lasser des malentendus

A trop chercher le bleu du ciel
Et les sourires d’après minuit
Il s’est noyé dans l’infini
Des paradis artificiels

A trop se taire il s’est fondu
Dans les décombres du passé
Noir flou Plus rien n’a existé
Que ruines et souvenirs perdus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.