Sens dessus dessous

Le monde a chaviré comme ça, en pleine nuit, 
Sans crier gare.
La tête en bas, le cul dans les étoiles,
Même la grande bâtisse a plongé dans le bitume.
C'était un soir de pleine lune.

Poussière scintillante,
Déferlantes de fragments,
Vestiges du grand vertige,
Âmes sensibles s'abstenir.

A travers le kaléidoscope, tout s'est désagrégé,
Il n'y avait plus qu'à pêcher les larmes,
Du bout des lèvres embrasser le noir
Et se laisser bercer par le brouillard.
C'était un soir de désespoir.

D'égarements en déraison,
De déroutes en vésanie,
L'esquif soudain s'abîme, 
S'écrase, comme ça, sans crier gare,
Sur les flancs acérés des écueils.
C'était un soir...
... un soir de deuil.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.