Pérégrinations

Tout me pousse et je résiste,
Tout me cloue et je persiste.
La vie détient ses mystères
Qui la rendront moins austère.

Rien n'arrête la débâcle,
Rien que n'est prédit l'oracle.
Le temps s'encombre de doutes,
A toi de trouver ta route !

L'horloge avance, résolument,  
Sans que rien ne se passe vraiment.
Est-il temps de lever les voiles,
De dire adieu aux étoiles ?

Baignée de souvenirs satins,
Le vent rira de mon destin
Et j'attendrai, opportune,
Un sourire de la lune.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.