Esquisse de la nuit

Le jour elle sourit et fait face même si tout n’est qu’angoisse. Et lorsque le soir tombe, rideau velours, le silence comme une délivrance réveille son coeur en errance, lui qui ne supporte plus les bruits de la vie.

Une porte qui s’ouvre,

Une fenêtre qui se ferme,

Le cliquetis des clés,

Les objets que l’on agite,

Les mots que l’on dit…

Puis, à la lueur des étoiles, par delà l’amertume, son regard s’enfuit. Alors elle prend la plume pour faire jaillir l’envie. Éruption au hasard, les lettres dansent, jubilatoires.

Milliers d’étincelles dans le ciel…

Son esprit s’abreuve enfin de mille choses jolies qu’elle gardera enfouies pour les jours d’ennui, qui effaceront le gris, les regrets et la mélancolie, pour esquisser enfin la folie de ses nuits.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.